S'éloigner pour se protéger

Coucou les gens, je suis heureuse qu’on m’ait parlé de ce forum puisqu’encore à ce jour, je n’arrive pas à savoir ce qui peut m’aider concrètement, donc je m’essaie ici pour voir ce que cela donne :blossom:

J’avoue qu’après presque 2 mois, j’ai encore des moments où je ne réalise pas que cet événement est survenu. Je ne réalise pas non plus à 100% que cet événement restera telle une marque indélébile tâchant le reste de ma vie.

Quand j’ai appris la nouvelle du suicide, j’ai eu l’impression que ce n’était pas réel, tout en étant complètement en crise de larmes.

Ce n’est pas réel… Ce n’est pas arrivé, pas en ce jour ni le lendemain ni jamais, d’ailleurs… C’est juste impossible, ça ne s’est pas produit. Je vais le revoir demain, il va me renvoyer un texto à un moment donné, ça ne peut pas se terminer comme ça parce qu’il a décidé de poser ce geste, il n’a pas le droit, il ne peut pas avoir omis de nous dire bye…

Encore aujourd’hui, je pense parfois que je vais le revoir, que je vais lui reparler, que je vais lui rendre visite…

Parfois je lui en veux, parfois je m’en veux.

Tu as souffert toute ta vie, tu tentais, de toutes les manières possibles, de te soulager, tu tentais de te reposer sur nous pour combler ce vide viscérale qui t’habitait depuis toujours et tout était dans les émotions négatives, ce qui nous a fait nous éloigner, pour se protéger…

Nous avons tellement eu peur, durant de nombreuses années, que tu finisses par passer à l’acte, mais nous espérions toujours que ça ne se produise jamais. Nous ne pouvions pas faire plus, nous n’avions pas la force ni les outils… Nous ne pouvions pas occuper ce rôle… Nous ne pouvions juste… pas…

Tu nous laissais des sous entendus ici et là, c’était loin d’être sain, mais maintenant je peux comprendre tes tentatives de te tenir hors de l’eau, par quelconque moyen possible… Tout ce que nous espérions, c’est que ce geste ne soit jamais posé, mais il l’a été, malheureusement…

Tu n’aurais jamais mérité de connaître ce genre de fin, seul et avec autant de douleur, mais c’est ce qui est arrivé.

J’ai mal à la gorge juste à écrire ces lignes…

Papa, j’aurais tellement aimé t’enlever toute cette douleur, toutes ces blessures que tu portais, tu étais tellement une bonne personne, au plus profond de ton être. Tu n’avais rien, mais tu nous aurais tout donné. J’aurais aimé avoir eu le temps de régler notre relation conflictuelle, j’aurais tellement aimé avoir une figure paternelle soutenante, mais c’est difficile de donner quelque chose qu’on a jamais reçue…

Je peux imaginer pourquoi tu as voulu en terminer comme ça.

Ça peut se comprendre, mais ce qui me fait peur c’est que cette solution, je finisse par la trouver valide si jamais je ne vois plus l’espoir, à mon tour… Cependant, avec ton geste, je sais que ça fait terriblement mal aux gens qui restent.

Depuis ton départ, j’ai l’impression de vivre dans une réalité qui n’est pas la mienne, je ne parviens pas à réfléchir convenablement, je me sens perdue, je me sens vide et triste, je ne sais pas ce dont j’ai besoin…

Tout est embrouillé, même après presque 2 mois. Le temps passe tellement rapidement, mais tellement lentement à la fois et j’aimerais savoir ce qui me ferait réellement du bien, intérieurement, mais…

Tout est flou.

J’essaie toujours d’élucider le mystère de comment « prendre soin de soi »… N’hésitez pas à me partager des trucs et conseils pour aller mieux, des idées d’activités à faire seule pour se reconnecter avec soi-même, me partager les choses qui ont fonctionnées pour vous et qui vous ont aidé… Je trouverai peut-être mon miracle à moi…

Merci et je ne vous envoie que des ondes positives :sunflower:

4 « J'aime »

Bonjour Flou, Bienvenue dans le forum!
je suis désolé pour ton père, moi c’est mon fils que j’ai perdu. Je me rapelle très bien quand ce fut deux mois après. Je comprends ce que tu es en train de vivre. tu demandes des trucs de ceux qui ont vécu la même chose, Moi ce qui m’as aidé, c’est de consulter un psychologue. Étant orgueilleux de nature et peu bavard, je peux te dire que ce ne fut pas facile car en plus nous étions en pleine pandémie, les rencontres étaient difficiles. Je te dirais surtout que ça serais encore plus important si jamais tu as peur d’emprunter un jour le même chemin, même conaissant l’impact qu’un suicide cause chez les proche de la personne disparue.

Je ne pense pas que l’on as le droit de parler sur le site de situations personnelle en trop grand détails mais ce que le psy a pu me faire réaliser, (car moi aussi, je me noyais dans de la culpabilité, de ne pas avoir su déchiffrer les signes ou de ne pas avoir pu arreter le geste de mon fils) c’est que ce n’est pas de la faute des personnes de l’entourage de la personne qui s’est enlevée la vie. Parler de ton cas a un professionnel pourrait aussi t’aider a cibler les particularités de ton propre cheminement. Dans le cas ou tu cherche des trucs qui n’implique pas ce genre d’aide, moi ce qui m’as aidé aussi c’est de sortir de chez moi le plus souvent possible, essayer de me divertir et de recommencer a faire les choses que J’aimais. à titre d’exemple; J’aime beaucoup les promenades en foret , J’ai passé plusieurs heures dans un parc pres de chez moi, meme si au début si je n’en avais vraiment rien à cirer de sortir de la maison pour aucune raison, à coup de 15 minutes, qui sont devenue des demi-heures et puis des heures, j’ai réussi. Moi aussi c’étais une activité que je voulais faire seul, mais en meme temps, vu que l’on croise des étrangers qui nous dérange pas, on en se sens pas non plus seul au monde, c’est important de ne pas se sentir seul, alors dernier conseil, si un ami ou un proche te tends la main pour parler, je la prendrais (quand ce sera le temps, vas-y à ton rythme).

Je te souhaite la meilleure des chances et bonne guérison.

3 « J'aime »

Bonjour à toi …
Ton texte est poignant , mais tellement vrai , tellement réel , j’ai aucune misère à rejoindre ta peine et ton désarroi, j’ai vécu , je vis le même drame …on pourrait changer le mot père pour frère , moi c’est mon frère que j’ai perdu , et ton histoire est identique à la mienne …par suicide , en février 2022 , j’ai perdu mon frère de 10 mois mon aîné, et par suicide aussi , il y a bientôt 40 ans , lorsque j’avais 12 ans , j’ai perdu ma mère par suicide…
des moyens pour se sortir la tête de l’eau…je dirais que ceux qui m’ont fait le plus de bien jusqu’à présent , en parler avec des gens qui ont vécu la même choses dans un groupe de partage pour endeuillées par suicide…
La marche , méditation en nature , écrire , lire ,écouter de la musique et chanter …les arts sont bénéfiques pour moi, créer me libère le temps que je cré…
Mais cette blessure profonde reste ancré malgré tout les moyens , on parvient avec le temps à réapprendre à vivre et adoucir la blessure , mais je crois que je resterai amère toute ma vie de cette fin atroce de mes êtres chers qui sont partis seuls dans cette douleur et souffrance innommable…
La culpabilité me pèse , j’ai cheminé depuis , mais reviens et reviens me ronger à l’intérieur, difficile de me sortir de mes sentiments d’impuissance , de culpabilité et d’échec…
De me sentir écoutée me fais du bien , mais rares sont les personnes qui savent le faire …d’où les bienfaits des groupes de partage en personne ou comme celui-ci pour écrire et ventiler ses peines et ses émotions.
Je te souhaite bon courage et je suis de tout , tout, tout coeur avec toi , si tu savais comme ton mot est venu me chercher ,jusque dans mes entrailles, ne reste pas seul , regarde les minis-gratitudes à la fin de chaque journée, parfois c’est minime , c’est presque rien mais il y en a, il faut les prendre à bras ouverts et les accueillir, et laisser le temps, nous donner le droit , que c’est long , que ce deuil prendra probablement la place de toute une vie , avoir le droit de pleurer , de crier , de se sentir incompris quand les poussières se déposent et que plus personne n’est autour de nous , ce vide que l’on ressent à l’intérieur, lui laisser une place , aussi grande que notre amour que l’on a pour notre personne , la garder à jamais dans notre coeur.
Je suis avec vous de tout mon être,
Courage et bienveillance xo

3 « J'aime »