Peine d’amour

Je me sens comme en peine d’amour.
Une peine d’amour qui fait mal plusieurs fois par jours depuis 35 jours déjà.
C’est de cette façon que j’ai expliqué comment je me sentais au fils de ma blonde qui habite loin pour l’université.
Il voulait comprendre comment je me sentais.
Je suis en peine d’amour :broken_heart:
Êtes vous aussi en peine d’amour?

5 « J'aime »

Pour moi, c’est l’image du cœur brisé qui décrit bien mon état. J’ai le coeur brisé qu’il ne m’ait pas adressé ses idées suicidaires, afin que nous puissions faire quelque chose comme nous l’avions déjà fait auparavant…
Le coeur brisé de sa perte et pour toujours. Le coeur brisé de tout ses moments que nous ne vivrons pas ensemble…
De tout les gestes d’amour qu’il ne me permettra plus de lui offrir…
J’ai le cœur brisé et ça me suit. Chaque jour est un combat dans lequel je réuni mes forces pour poursuivre. Je tente de voir mes améliorations, mes fenêtres de répit. Il y en a, une chance…
Tenons bon :heartpulse:

5 « J'aime »

@Pere_en_deuil, @Jo80, l’image de la peine d’amour et du cœur brisé est très forte et montre la douleur que beaucoup ressentent dans le deuil. Elle reflète également tout le processus d’adaptation que demande cette réalité.

Le deuil demande parfois de s’adapter à l’absence physique de l’autre tout en préservant un lien intérieur. Les sentiments d’amour et de connexion peuvent coexister avec les sentiments douloureux. Parfois, ces premiers sentiments seront plus présents, apportant ainsi du réconfort et atténuant la douleur.

À travers ce cheminement difficile, il est encourageant de voir comment il est possible d’avoir accès à certaines fenêtres de répit. Si vous le souhaitez, n’hésitez pas à partager davantage quels sont les moyens, les moments, les ressources qui vous permettent de retrouver un peu d’apaisement et de prendre de soin de vous.

Prenez soin de vous et tenez bon,

Ariane :orange_heart:
Équipe de modération

4 « J'aime »

Le « prendre soin de soi » m’est apparue très théorique et comme un concept nébuleux depuis longtemps.
Qu’est-ce que ça veux dire prendre soin de soi?
Je comprend tranquillement, lentement que c’est être en action pour moi. Pas pour les autres, pas pour avoir de la reconnaissance d’autrui, pas pour faire ce qui doit être fait ou qu’il faut faire.
C’est penser à soi en premier, choisir des choses seulement pour soi, prendre une marche en forêt pour moi, rencontrer un autre humain que je choisi, dire non à ce que je veux pas, dire oui à ce que je veux.
Proposer des choses que j’aime manger, écouter, boire, regarder, contempler…
J’ai trop souvent eu le réflexe de laisser choisir les autres, pour être aimé, accepter…
Je comprend aussi que prendre soin de soi c’est être patient avec moi, me traiter comme je traite les autres avec respect et bienveillance. Concrètement c’est me pardonner mes erreurs ou mes oublies, ne pas me fâcher contre moi quand je fais une erreur. C’est respirer profondément quand je sens que l’exaspération ou la colère monte. C’est prendre le temps de comprendre ce que je vis et me donner du temps pour m’adapter.
J’avais commencé à faire des choix pour moi depuis quelques temps, mais aujourd’hui je crois plus que prioritaire de me choisir pour prendre soin de moi.
Paradoxalement, j’ai une personne qui est passé dans ma vie et qui depuis plus de 20 ans me laisse un message le jour de mon anniversaire et fini toujours son message par : « rappel toi que la chose la plus importante dans la vie commence par toi »
20 ans! Et c’est aujourd’hui que je commence à comprendre ce qu’il a voulu me transmettre…

6 « J'aime »

C’est et ce sera ma plus grande peine d’amour à vie. C’est aussi la plus grande trahison de par son mutisme et son jardin secret qu’il a gardé pour lui seul.

Ce merveilleux homme qui a partagé ma vie durant 30 ans m’a démolie et anéantie en une fraction de seconde le jour de son suicide. Je me suis déconstruite et liquéfiée instantanément et depuis j’essaie de me reconstruire tant bien que mal. Vivre sans lui, sans sa présence me fait mal si intensément, c’est si difficile de continuer et de se retrouver seul en fin de journée sans pouvoir le voir, discuter et rire avec lui. J’apprends à faire le deuil de l’homme mais aussi de tous les projets de vie à deux inachevés. :sleepy: :broken_heart:

7 « J'aime »

Chère @Cachou,
J’entends votre souffrance qui provient de l’absence de votre conjoint.
30 ans de vie commune avec une personne merveilleuse c’est un lien impérissable.
J’espère que vous pourrez pardonner cette trahison et la transformer en quelque chose qui pourra vous aider à vous reconstruire.
Je suis de tout cœur avec vous.
Merci d’être toujours présente et de partager avec nous.
Je sais pas si je peux écrire ça mais je vous fait un gros câlin réconfortant.

4 « J'aime »

Cher @Pere_en_deuil,

Merci pour votre lecture, vos mots tendre à l’égard ma situation ainsi que votre gros câlin virtuel réconfortant!

Je vous souhaite de tout coeur que vous aussi trouviez un sens suite au départ de votre fils. Je nous souhaite de nous choisir dans nos vies respectives, de prendre soins de nous, d’être tendre et doux envers nous mêmes et ceux qui nous entourent malgré nos sautes d’humeur, notre irritabilité, notre douleur vive et peut être même la colère qui nous habite.

Continuons de partager nos états d’âme et d’ainsi nous soutenir moralement tous ensemble. :mending_heart:

4 « J'aime »

Je te dirais qu’avant les choix étaient sans conséquence…tu fais des bons coups…des moins bons…des horribles mais la vie continue…sans trop de conséquence…on peut tous apprendre de nos erreurs mais dans la vrai vie on a tendence a relativiser ca et au final on change pas tant que ca…mais le suicide de mon fils a été une claque retentissante au visage…la les choix ont eu une conséquence…quel %? Je le serai jamais….je peux juste assumer que j’aurais peut-être due faire mieux. Moins penser a moi et plus aux autres…a lui. Comme tu peux voir je suis le contraire de toi. Maintenant je pense plus aux autres et a ma manière d’agir. Parce que je ne veut plus revivre ca…plus revivre la souffrance que j’ai vécu le matin qu’il n’était plus dans sa chambre……je me dis que je dois me racheter a quelque part sinon pourquoi avoir vécu ca? Tant de questions si peux de réponses…

5 « J'aime »

La marque temporelle du premier anniversaire de son décès par suicide arrive dans 2 semaines. Dans 2 semaines je serai propulsé bien malgré moi, dans le souvenir sordide de ton départ dramatique, tu t’es arraché de moi, de notre fille et de tous ceux qui t’ont côtoyés avec une extrême violence si contraire à ta nature. Tant de questions sans réponses et de projets à deux inachevés et laissés en plan.

Ce jour là je me suis liquéfié lorsque je t’ai trouvé, mes entrailles se sont déversées au sol, je les ai ramassées et repoussées dans leur cavité du mieux que j’ai pu et depuis je panse mes plaies. La guérison est bien entamée mais la plaie est vive et se réouvre facilement. Depuis ton départ je ressens un sentiment d’énorme vide à l’intérieur de moi que j’essaie tant bien que mal de remplir par de nombreuses façons; spectacles d’humour et de musique, sortie au cinéma, repas en famille et entre amis, massage, spa, marche quotidienne et activités sportives et j’en passe!

Toutes ces activités sont bénéfiques à mon bien-être mental et ma reconstruction mais après bientôt un an, je dois avouer que la conclusion malgré ces efforts à me garder occupé est qu’en fin de journée, je rentre seule dans la maison vide de ton absence. Tu auras été mon plus grand amour pendant 30 années et ma plus grande déception par la trahison de ton geste de t’enlever la vie. J’apprends et accepte à pardonner ton geste afin de m’aider à cheminer vers le futur qui se veut somme tout positif à mon égard.

Ce triste anniversaire de la première année suite à ton départ bouclera le cycle des premières fois sans toi, c’est lourd mais je passerai à travers cette journée comme toutes les autres aussi difficiles qui ont eu lieu avant cette dernière de la première année sans toi.

Courage à vous tous qui vivez ou avez vécus ce cycle complet. Nous sommes des battants malgré les blessures morales et la douleur qui nous envahis. :mending_heart:

7 « J'aime »

ouf…les mots me manquent…je ressens chaque phrase que vous écrivez comme si je les avait vécu….mais en même temps c’est tellement différent…mon c’était mon fils vous votre mari…moi j’ai ma conjointe pour soutenir vous c’est la solitude….je ne saurai quoi vous dire ou vous conseiller…mis a part un gros calin cosmique…courage…oui les premières fois sont les plus difficiles et le 1 an est de loin le plus difficile. C’est difficile de ne pas revivre chaque minute de cette journée la. Essayer de vous entourez de monde qui vous comprenne et vont vous aider a travers ce passage obligé….

6 « J'aime »

@Cachou, nous sommes de tout coeur avec vous. Il est compréhensible que la plaie se réouvre plus facilement et intensément dans des périodes comme celle-ci.

Plusieurs personnes ici nomment que les émotions sont comme des vagues, tantôt violentes, tantôt plus calmes. Vous apprenez à naviguer à travers les aléas de la météo et cela demande énormément d’énergie. Ce un an est d’ailleurs synonyme d’une longue et grande traversée qui ne s’est pas faite sans peine ni tourments. En même temps, il est encourageant de voir tous les moyens que vous prenez pour vous aider à travers votre processus de guérison.

Comme le dit @powder, s’entourer de personnes importantes ou encore faire une activité qui vous fait du bien lors de cette journée qui marquera le 1 an peut apporter de la douceur. Si vous le souhaitez, n’hésitez pas à écrire ici ce que vous ressentez. Mettre des mots sur les maux peut être source d’apaisement pour certaines personnes.

Prenez soin de vous.

Ariane :orange_heart:
Équipe de modération

3 « J'aime »

Je vis moi aussi une grosse peine d’amour. Je pleure le départ traumatique de mon amoureux depuis 5 mois et je me demande comment je vais arriver à faire ma vie sans lui! Eh! oui, Ça fait très mal, je le vois partout, que ce soit par des sons, une parole, une image, un souvenir, l’aide qu’il m’apportait et le fait de ne plus être capable de lui poser une telle question car lui seul était en mesure de répondre. Je me sens perdue sans lui. Ma vie est complètement chamboulée. Ma joie est disparue, je vis de la tristesse, je me sens si seule, je m’ennuie terriblement de sa présence, d’entendre sa belle voix, de ses beaux yeux qui exprimaient tout son AMOUR envers moi.
Je n’ai pas encore été capable de reprendre le travail. Nous avions des beaux plans pour 2024, c’est un deuil ça aussi.
Je vais terminer avec une note plus positive…Aujourd’hui, ça été une bonne journée.
Merci d’être là, ça fait du bien :slightly_smiling_face:

Lamer

5 « J'aime »

Le deuil que ce soit d’un conjoint, d’un enfant ou de tout autre être cher est un long processus et cheminement à traverser. Il est tout à fait normal de se sentir complètement perdu dans votre nouveau cheminement de vie. Vous avez perdu tous vos répères, vos balises habituelles et êtes en « sevrage » de votre conjoint.

Votre mal de vivre est tout à fait légitime et doit être vécu afin de vous réparer, de vous reconnaître dans un état de deuil intense.
Malheureusement et vous y êtes déjà selon vos propos, il faudra faire le deuil du futur et des projets que vous aviez échafauder à deux… c’est un deuil aussi intense que celui de la personne disparue.

Je vous souhaite de tout coeur que vous preniez le temps qu’il faut afin de vivre chaques étapes au fur et a mesure qu’elles se présentent à vous. Bon cheminement. :mending_heart:

2 « J'aime »